Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Travelsportandwomensempowerment.overblog.com

"Travel, Sport and Women's empowerment" ou l'idée naissante.

"Travel, Sport and Women's empowerment" ou l'idée naissante.

Un petit embryon, une esquisse, ou simplement une idée.

Clémentine Junique, (Junique soeur j’entends…), c’est mon mentor. Un exemple d’authenticité.

C’est l’amie qui te donne ce genre d’idées à laquelle tu n’avais jamais vraiment pensé, mais qui murissait dans un coin de ta tête, secrètement.

Ce genre d’idées qui sort des sentiers battus, qui sort du droit chemin, qui sort des thèses, antithèses, synthèses.

Cette idée qui te permet de t’évader en l’espace de cinq secondes, qui te donne envie de partir, de vivre, mais surtout de créer, de monter des images, d’y ajouter de la musique et de raconter une histoire.

Celle de deux étudiantes parmi tant d’autres dans le monde, qui ont eu de la chance, une chance inouïe. Le premier pas vers l’intelligence c’est de s’en rendre compte, et d’aller voir ailleurs. Mais il s'agit aussi de ne pas se lancer dans la faune de la vie professionnelle, avant d’avoir un peu grandi, mûri.

Clémentine Junique, c’est aussi une fille spontanée, dynamique et dévouée. Une fille toujours partante pour t’accompagner au fin fond du Népal, en haut de la Dibona, ou t’accueillir dans son lit à 6h du matin.

Alors un 31 décembre 2012, cette idée est sortie de son cerveau en direction d’un nouvel an à l’Alpe d’Huez. La veille de l’année 2013. Va savoir pourquoi, mais elle l’a fécondée la veille de l'année 2013. Un signe de succès ? L’avenir nous le dira.

Le projet n’est pas très compliqué en soi, deux actrices principales (Non pas de projet x), 3 pays, 3 mois, et trois sports différents ; le trekking, l'escalade, et le ski.

Des sports que l'on pratique régulièrement, des sports que l'on maîtrise un peu moins. L'approche de chaque sport dépendra de nos vécus respectifs.

Pourquoi nous?

Deux filles de guide, rencontrées sur le campus de Grenoble, dans les couloirs de la fac, avant d’entrer dans l’amphithéâtre pour un cours de droit civil.

Clémentine prévient Alice que sa robe remonte légèrement, et que tous les étudiants seront en mesure d’admirer ses belles fesses si elle ne fait pas quelque chose. Alice remercie chaleureusement Clémentine.

Et par le bouche à oreille, elles se trouvent des points en commun.

Clémentine vient faire du ski à Chamonix. Alice vient faire du ski à l’Alpe d’Huez. Elles ensuite décident d’aller faire de l’escalade ensemble.

Une visite vers l’aiguille de la Dibona avec leur grande amie Anais, des aventures entre filles en haut des montagnes. On manque même de se prendre la foudre. Le fameux bruit des abeilles…

Clémentine apprend ensuite le kite surf à Alice.

Drôles moments de partage et d’émulation. Envie de progresser ensemble, de se surpasser, d’apprendre. Cette même soif d’apprendre qui nous anime dans nos études. Une curiosité poussée à l’extrême mais aussi deux grandes indépendantes et débrouillardes.

En somme, une belle amitié.

« -Tu fais quoi en 2014 ?

-Je me barre.

-Où ?

-Je ne sais pas, je veux voyager.

-Moi aussi.

-Ah oui?

-Ok, on part ensemble ?

- (rires)»

La deuxième phase du projet et du film est plus intellectuelle et relève davantage de la sociologie. Il s’agirait d’axer notre réflexion sur un sujet inexploré, ou très peu, et tout à fait exploitable : celui de l’accès des femmes au sport ou sports au pluriel, et plus particulièrement à l’échelle mondiale, en découvrant les pratiques féminines du sport dans des pays moins développés que les nôtres.

Comment accède-t-on au sport dans ces pays ? Et d’ailleurs, est-ce d’abord accessible ?

Parmi les sportives, quelle est la place qui leur est donnée dans leur milieu?

Ces questions méritent que l'on s'y intéresse, et non pas seulement de loin. Car elles méritent d'être vécues. Vécues sur place. Dans l'instant, dans la participation et l'observation, mais certainement pas depuis notre fauteuil étriqué.

Ce sera également l'occasion d'avoir le point de vue, l'opinion objective et neutre de ces sportives sur nos pratiques de femmes occidentales.

Voici donc le thème qui sera abordé, dans les grandes lignes.

Pitié, ne nous taxez pas de féminisme ! Là n'est pas notre message.

Il ne reste plus qu'à construire le projet, se vendre aux mécènes et sponsors.

"Let’s go".

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article